Purifier un actif destiné à la parfumerie

Gilson est un groupe international actif dans la fabrication d’équipement et le développement de solutions de purification. L’entreprise a fait appel à CAPACITÉS SAS dans le cadre de la préparation d’un produit actif destiné à la parfumerie. Gilson souhaitait industrialiser une méthode développée pour un de ses clients internationaux consistant à purifier un extrait brut, en extraire la molécule d’intérêt et la concentrer. L’objectif pour les experts en génie de bioprocédés de CAPACITÉS : comparer plusieurs méthodes et déterminer le procédé d’enrichissement le plus performant.

En résumé

Mots Clés :

Chromatographie de partage centrifugeCPCDistillationProcédé de purificationOpérations unitairesParfumerieArôme
Comparaisons et transposition d’une méthode d’enrichissement par CPC

Afin d’apporter une réponse complète à Gilson, les experts CAPACITÉS ont testé et comparé cinq procédés d’enrichissements différents pour trouver celui qui concentre le mieux la molécule d’intérêt à isoler.
Les deux méthodes testées en premier, la distillation et le stripping, se sont avérées peu efficaces et non adaptées pour le traitement de cet extrait brut. Ces méthodes ne répondaient pas aux attentes du client en termes de degré de pureté et de rendement.
La troisième méthode est une extraction liquide-liquide multi-étagée à courants croisés. Lors de ce procédé, l’extrait brut passe au travers d’une série d’extracteurs décanteurs ou centrifuges, chaque extracteur traite le raffinat de l’extracteur précédent. Malgré un gain en pureté qui s’élevait à 14 %, le rendement restait faible et la perte de matière était de 38 %.

Les experts CAPACITÉS ont aussi traité l’extrait à l’aide de la chromatographie de partage Centrifuge (CPC) : ils ont testé deux méthodes en faisant varier le type et la quantité de solvant. La méthode retenue par Gilson permet d’atteindre 40 % de pureté et des rendements supérieurs à 90 %. Autre avantage, elle permet une réutilisation aisée du solvant. Les experts CAPACITÉS ont ensuite accompagné le client pour transposer la méthode retenue sur leur appareil pilote et vérifier que les résultats obtenus en laboratoire étaient bien reproductibles. Les projections numériques sont à la hauteur des attentes et cette méthode va permettre de traiter jusqu’à 11 tonnes de matière brute par an avec une colonne CPC Gilson industrielle.

 

Pour mener à bien ce projet, les équipes CAPACITÉS SAS ont bénéficié de l’appui et des moyens techniques du laboratoire GEPEA, UMR associant l’Université de Nantes, Oniris, l’IMT Atlantique (Institut des Matériaux Jean Rouxel de Nantes) et le CNRS.

Partager cet Article avec le #CapaOupasCap

nos réalisations

Ces réalisations pourraient aussi vous intéresser

Santé du futur Mer / environnement

Valoriser les substances naturelles bioactives

Génie des bioprocédés : Mise au point d’un nouveau protocole de filtration membranaire de substances naturelles bioactives.

Voir la réalisation
Industrie du futur Santé du futur

Monter en échelle la purification par CPC

Interview du responsable R&D de Minakem, fabricant de principes actifs pharmaceutiques

Voir la réalisation
Industrie du futur Santé du futur

Industrialiser la purification par chromatographie de partage centrifuge

Reconnaissant la maitrise des experts de CAPACITÉS SAS dans le domaine de la CPC, un laboratoire pharmaceutique leur a demandé de définir et de valider les conditions de transposition à l’échelle industrielle d’une opération de purification d’un principe actif.

Voir la réalisation
Santé du futur

Déterminer la pureté d’un principe actif en une seule analyse grâce à la RMN quantitative 2D

Interview d’Amélie Havard, Research Scientist chez Oril Industrie, groupe Servier

Voir la réalisation

Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer