La plateforme ALGOSOLIS
passe au BIO !

Opérée conjointement par les équipes du laboratoire de recherche GEPEA et CAPACITES, filiale d’innovation de Nantes Université, la plateforme ALGOSOLIS (UMS 3722) basée à Saint-Nazaire apporte aux acteurs de la filière microalgues une offre complète de recherche et développement. Les prestations proposées vont du criblage de souches jusqu’au bioraffinage et à l’extraction sélective.

montée en échelle

En outre, pour répondre aux besoins des acteurs industriels de la nutrition et de la cosmétique, la plateforme ALGOSOLIS est en mesure d’effectuer la montée en échelle et de réaliser des lots pilotes. Dernière nouveauté, ALGOSOLIS est, après audit et depuis novembre 2021, équipée, organisée et expérimentée en tant que partenaire R&D de bioraffinage de microalgues pour réaliser des opérations visant une certification BIO – Ecocert(1).

« Une facilité supplémentaire
pour les industriels visant
une labellisation BIO »

Partenaire historique de la plateforme ALGOSOLIS, la société ALGOSOURCE a contribué activement à cette dernière évolution, étant elle-même engagée dans une démarche volontariste de développement de produits à base de microalgues certifiés BIO. « L’expérience de CAPACITES et l’équipement en bioraffinage d’ALGOSOLIS leur a permis d’aller vite, d’organiser le travail efficacement et d’être capables de s’adapter facilement aux imprévus » témoigne Olivier Lépine, co-fondateur et directeur général d’ALGOSOURCE.

Article 29, paragraphe 1 du Règlement CE 834/2007 et les dispositions du règlement CE 889/2008  complétés du cahier des charges français (CC FR BIO)

La plateforme ALGOSOLIS
passe au BIO !

Gage de qualité et de professionnalisme, la norme ISO9001 version 2015 que nous venons de renouveler pour trois ans est l’assurance pour nos clients d’une culture du résultat. Cette norme mondialement connue certifie que nous structurons notre activité autour de l’orientation client, de l’amélioration continue, de la maitrise de nos prestataires ou encore, par exemple, de la fiabilité et la maitrise de nos données. C’est ce système de management de qualité, dans son ensemble, que notre certification ISO9001 valorise aujourd’hui. Une récompense de taille pour notre travail quotidien.

25 ans d’expérience en thérapie génique reconnue

Thérapie innovante, la thérapie génique (=introduction de matériel génétique dans des cellules pour soigner une maladie) est une technologie en forte croissance identifiée, d’ores et déjà, comme un traitement prometteur aux maladies rares d’origine génétique. Nous accompagnons  depuis plus de 25 ans des entreprises pharmaceutiques, des spécialistes en biotechnologies et des laboratoires de recherche privés et académiques dans leur développement des médicaments de thérapie génique. « Nous sommes aujourd’hui l’un des rares laboratoires publics en France pouvant produire jusqu’à 50 litres de biomédicaments issus de thérapies géniques, ce qui nous permet de développer de nouveaux procédés et apporter notre expertise technologique pour un passage à l’échelle réussi » nous explique Oumeya Adjali, Directrice de l’UMR1089 (Le Fil de la Bioproduction : Edition n°3 – Mai 2021).

« Au-delà de l’assurance de la maintenance des équipements, de la formation des équipes et de la maitrise des procédés, notre engagement porte sur la qualité du suivi de projet. »

La plateforme « Centre de Production de Vecteur » (CPV) de l’UMR1089 a ainsi été reconnue par l’obtention du label « Intégrateur Industriel », obtenu dans le cadre du Grand Défi « Biomédicament : améliorer les rendements et maîtriser les coûts de production», mis en place par le Conseil de l’Innovation du gouvernement et opéré par BpiFrance en 2020.

LE CPV LABELLISÉ « INTÉGRATEUR INDUSTRIEL » EN 2020

CAPACITÉS, UN INTERLOCUTEUR UNIQUE POUR UN SUIVI DE PROJET OPTIMISÉ
L’ensemble des experts et plateformes de la filière nantaise sont mobilisés par ce guichet unique : CAPACITÉS. Notre force vient de cette structuration qui nous permet d’offrir à nos clients la possibilité d’avoir un interlocuteur unique dans le suivi du projet. Ainsi, nous centralisons les besoins, proposons un plan d’étude adapté, identifions les ressources nécessaires et coordonnons le projet jusqu’à la livraison des résultats.

UNE OFFRE ADAPTÉE À CHAQUE PROBLÉMATIQUE CLIENT
Pour répondre à chaque problématique exposée par nos clients, notre offre de solutions se construit autour de quatre grands savoir-faire que sont :

La production de vecteurs viraux
La caractérisation des vecteurs viraux et le développement des tests analytiques
Le suivi de la réponse immunitaire de l’hôte
L’évaluation de la biodistribution par des analyses moléculaires et biochimiques

L’ensemble de nos compétences nous permettant ainsi de proposer une offre d’accompagnement globale dans la mise au point du candidat médicament.

La certification ISO9001 couvre l’ensemble des activités de recherche et de prestations des laboratoires de recherche et des trois plateformes techniques de l’UMR1089 : le CPV, la plateforme GTI (Gene Therapy Immunology Core) et la plateforme PAC (Preclinical Analytics Core). Cette certification représente un gage de confiance, et nous permet ainsi d’accompagner durablement nos clients dans le développement de nouveaux médicaments de thérapie génique.

Vous avez une problématique en thérapie génique et besoin d’un partenaire ingénieux pour la résoudre ?

N’hésitez pas à nous contacter !

 

La plateforme ALGOSOLIS
passe au BIO !

Les entreprises manquent de garanties sur la qualité des batteries importées. Aussi, CAPACITÉS lance une offre de conseil et d’analyse pour accompagner les industriels dans leurs acquisitions de batteries, supercondensateurs, piles à combustibles et piles à hydrogène. Les prestations de CAPACITÉS permettent notamment de contrôler le rendement en fonctionnement initial ou hors-norme, l’élévation de leur température en fonctionnement, les éventuels gonflements et déformations.

Conseil

  • Etat de l’art sur les technologies des batteries, des supercondensateurs, des piles à combustibles et nouveaux systèmes
  • Analyses des brevets et des articles technologiques et/ou scientifiques
  • Aide au choix
  • Mise en relation avec les fournisseurs
  • Dispositifs spéciaux/marché de niches

Tests de batteries ou de supercondensateurs

  • Cyclage de batteries de toutes dimensions : quelques Ah à quelques μAh (sur cycleurs de pointe de l’Institut des Matériaux Jean Rouxel, UMR CNRS/Université de Nantes)
  • Cyclage en enceinte climatique
  • Analyses de défaillances
  • Détermination de la capacité (Ah), de la puissance (W), de l’énergie (Wh)
  • Analyses par spectroscopie d’impédance
  • Vieillissement accéléré

Tests de composants de batteries ou de supercondensateurs

  • Mise en forme d’électrodes à partir de nouveaux matériaux
  • Tests de composants : collecteurs de courant, séparateurs, électrolytes, …
  • Assemblage de prototypes (de la piles boutons à la pouchcells)
  • Tests des prototypes assemblés
  • Utilisation de différentes méthodes électrochimiques pour déterminer les performances

Analyses des matériaux constitutifs des batteries ou des supercondensateurs

  • Analyse de la composition
  • Imagerie : microscopie électronique & optique
  • Détermination des propriétés mécaniques

Caractérisations et modélisations thermiques de systèmes de stockage et de conversion de l’énergie

  • Caractérisation thermique de cellules unitaires
  • Cyclage et vieillissement de packs batterie
  • Simulation thermique à l’échelle de la cellule ou de la batterie

 

Photo : champ de température simulé lors de la décharge d’une cellule unitaire

Piles à combustibles et piles à hydrogène

  • Utilisation de différentes méthodes électrochimiques pour déterminer les performances
  • Analyse des matériaux et composants
  • Analyses de défaillances
  • Caractérisation thermique

La plateforme ALGOSOLIS
passe au BIO !

Le groupe d’ingénierie mondial SEGULA Technologies innove dans le stockage des énergies renouvelables, avec la technologie brevetée REMORA : une solution non polluante de stockage massif d’énergie en mer par air comprimé permettant de garantir une disponibilité continue de l’électricité produite par des éoliennes offshore. Après des tests concluants menés sur un démonstrateur terrestre à taille réduite (ODySEA), SEGULA développe un prototype à plus grande échelle, installé en mer. CAPACITÉS, associé aux chercheurs du laboratoire de Recherche en Génie civil et Mécanique (GeM-UMR CNRS 6183) de l’Université de Nantes, accompagne le Groupe dans la conception de ce prototype, à travers l’identification et la validation d’une formulation de béton adapté aux cycles air comprimé-eau en environnement marin et aux contraintes mécaniques associées à ces cycles.

Conseil

  • Etat de l’art sur les technologies des batteries, des supercondensateurs, des piles à combustibles et nouveaux systèmes
  • Analyses des brevets et des articles technologiques et/ou scientifiques
  • Aide au choix
  • Mise en relation avec les fournisseurs
  • Dispositifs spéciaux/marché de niches

Début 2020, le premier démonstrateur terrestre de REMORA a permis de valider les hypothèses de fonctionnement de la solution. Développé dans le cadre du projet collaboratif ODySEA, ce démonstrateur a mobilisé des partenaires techniques de haut niveau tels que le CETIM, les laboratoires IMT Atlantique et IREENA de l’Université de Nantes. Financé par l’ADEME, il a été labellisé par le pôle de compétitivité́ S2E2 Smart Electricity Cluster.

SEGULA entame à présent une nouvelle étape du développement de REMORA : la création d’un prototype à plus grande échelle, installé en conditions réelles. A nouveau, le Groupe s’associe à des experts techniques reconnus. CAPACITÉS et le laboratoire GeM participent au développement des réservoirs sous-marins en béton, utilisés pour le stockage d’énergie.

Valider une formulation de béton résistant aux cycles air-eau en environnement marin

Retenus pour leur expertise des matériaux et ouvrages exposés à l’environnement marin, les experts en matériaux de CAPACITÉS et du laboratoire GeM sont chargés d’identifier et de valider une formulation de béton capable de supporter les cycles air-eau auxquels seront soumis les réservoirs.

Les réservoirs sous-marins vont subir de fortes contraintes mécaniques, l’alternance des cycles air-eau impliquant des densités différentes, ainsi que des contraintes de traction, notamment, importantes.

Cette sollicitation mécanique, couplée aux risques de pathologies internes telles que le transfert du sel au sein de la porosité du matériau, risque de provoquer l’oxydation des armatures en acier et d’engendrer des ruptures dans le béton.

CAPACITÉS et le laboratoire GeM testent la résistance aux cycles air-eau de plusieurs formulations de bétons adaptés au milieu marin. Pour cela, une campagne d’essais spécifiques est en cours, couplant des essais de traction à des essais de durabilité en environnement marin. L’objectif est d’étudier l’effet de l’endommagement mécanique sur les indicateurs de durabilité (perméabilité au gaz, porosité accessible à l’eau, coefficient de migration des ions-chlorures) pour des niveaux de chargement différents.

A l’issue de la campagne d’essais, SEGULA disposera d’un descriptif exhaustif des propriétés des bétons testés. Le prototype devrait aboutir en 2023 et ouvrir la voie à l’installation à taille réelle de la solution REMORA.

© SEGULA Technologies

En savoir plus sur SEGULA Technologies

SEGULA Technologies est un groupe d’ingénierie mondial, au service de la compétitivité de tous les grands secteurs industriels : automobile, aéronautique, énergie, ferroviaire, naval, pharmacie et pétrochimie. Présent dans plus de 30 pays, fort de ses 140 implantations dans le monde, le Groupe privilégie une relation de proximité avec ses clients grâce aux compétences de ses 10000 collaborateurs. Ingénieriste de premier plan plaçant l’innovation au cœur de sa stratégie, SEGULA Technologies mène des projets d’envergure, allant des études jusqu’à l’industrialisation et la production. Pour plus d’informations : www.segulatechnologies.com.  

Le Programme d’Investissement d’Avenir finance le développement de la filière microalgues en Guyane

Le projet PIAN, porté par la Société Anonyme de Raffinage des Antilles (SARA) et le laboratoire GEPEA, est lauréat d’un appel à projet du Programme d’Investissement d’Avenir (PIA). Ce projet d’écologie industrielle vise à déployer la culture de microalgues en Guyane, en utilisant des microalgues endémiques pour valoriser du CO2 en biomatériaux et biocarburants troisième génération. L’installation d’un démonstrateur sur un site industriel de la SARA débute en février 2021. Coordinatrice du projet, celle-ci a choisi le laboratoire GEPEA comme partenaire de recherche, associé à CAPACITÉS. La société AlgoSource prend également part au projet, en tant que sous-traitant.

Initier une bioéconomie autour des microalgues en Guyane

Le projet PIAN vise à développer la filière microalgues dans les DOM-TOM, à commencer par la Guyane française. Ses conditions climatiques sont particulièrement favorables à la culture micro-algale. Il devrait être possible de déployer des systèmes de culture simples, à grande échelle et fort rendement, générateurs d’emplois locaux.

Le Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) est piloté par le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI). Mis en place par l’État il y a 10 ans, il finance des investissements innovants et prometteurs sur le territoire, l’objectif étant d’augmenter le potentiel de croissance et d’emplois en France.

Ce financement permettra l’installation d’un démonstrateur sur un site industriel de la SARA – le plus grand jamais construit en France sur ce sujet – qui permettra de définir, valider et optimiser les procédés et protocoles intégrés de deux souches de microalgues endémiques, encore jamais cultivées sur de grandes surfaces sur ce territoire.

Monter en échelle un procédé de culture mis au point en 2017

La collaboration entre la SARA et le GEPEA n’est pas nouvelle. Leur premier projet commun remonte à 2017. CAPACITÉS et AlgoSource y avaient déjà participé en tant que sous-traitants.

Les ingénieurs CAPACITÉS avaient prélevé une dizaine de souches d’algues dans leur milieu naturel. Ils avaient ensuite réalisé un criblage en phase de croissance en photobioréacteur, sur la plateforme de R&D AlgoSolis. Trois souches étaient apparues comme particulièrement prometteuses pour la production de biocarburant.

Grâce aux financements du PIA, la SARA peut lancer la montée en échelle de la culture des deux souches de microalgues finalement retenues. Elle a renouvelé sa confiance dans le GEPEA, qui s’associe de nouveau à CAPACITÉS et AlgoSource pour mener à bien le projet.

Ce projet d’envergure concrétise pour le laboratoire GEPEA plusieurs années de recherche et de collaboration avec CAPACITÉS sur l’utilisation de microalgues en écologie industrielle, la culture solaire à grande échelle et les biocarburants de troisième génération.

Le Programme d’Investissement d’Avenir finance le développement de la filière microalgues en Guyane

L’Académie nationale américaine des arts et des sciences de la télévision (NATAS) vient de décerner l’Emmy® Award de la technologie et de l’ingénierie à l’Université de Nantes. Ce prix prestigieux récompense le travail mené par les chercheurs nantais sur le développement d’outils « ouverts » permettant d’optimiser la qualité perceptuelle de la compression vidéo. Les équipes de CAPACITÉS ont pris part à cette contribution majeure dans le domaine des sciences de l’audiovisuel.

« Nous sommes très heureux et surtout très fiers. Cet Emmy Award récompense une démarche d’open innovation qui est le fruit d’une collaboration exemplaire entre acteurs industriels et institutions académiques », explique Patrick Le Callet, professeur à Polytech Nantes, chercheur au Laboratoire des sciences du numérique de Nantes (LS2N) et responsable scientifique au sein de CAPACITÉS. « L’articulation subtile, intelligente et agile de tous les acteurs, en particulier la Fondation de l’Université de Nantes et CAPACITES, a été décisive dans la réussite de cette aventure. »

Le Laboratoire des sciences du numérique de Nantes (LS2N) est reconnu internationalement pour son expertise dans le domaine de la perception visuelle pour les applications multimédias. Ses chercheurs travaillent depuis plusieurs années sur l’évaluation automatique de la qualité des images et des vidéos, et l’amélioration de cette qualité.

Depuis 2017, ils développent avec les équipes de CAPACITÉS et deux universités américaines un système d’encodage spécifique (le « dynamic optimizer ») pour l’un des géants de la vidéo à la demande : Netflix. Objectif ? Préserver la qualité d’une vidéo, même lorsque celle-ci est visionnée à bas débit sur un smartphone. Il s’agit d’une contribution majeure dans le domaine des nouvelles technologies.

Retrouvez l’article complet sur le site de l’Université de Nantes.
Découvrez en détail les algorithmes d’encodage vidéo développés pour Netflix dans nos réalisations.

Le Programme d’Investissement d’Avenir finance le développement de la filière microalgues en Guyane

Les laboratoires US2B (Unité en Sciences Biologiques et Biotechnologies)(1) et CEISAM (Chimie Et Interdisciplinarité, Synthèse, Analyse, Modélisation)(2) associent leurs expertises en enzymologie et glycochimie au sein d’une nouvelle offre, construite et mise en œuvre avec CAPACITÉS, la filiale d’ingénierie et de valorisation de la recherche de l’Université de Nantes. Ce rapprochement renforce la capacité des trois acteurs à mener des projets d’ingénierie basés sur les glycotechnologies et intéressant tout particulièrement les secteurs de la santé, de la cosmétique et de la nutraceutique.

L’alliance stratégique entre les deux laboratoires est le fruit d’une collaboration de longue date. « US2B et CEISAM sont tout à fait complémentaires. Ce rapprochement n’a rien d’artificiel. Nos chemins convergeaient depuis un moment » remarque Cyrille Grandjean, DR CNRS et directeur adjoint de l’US2B(1). De fait, les deux laboratoires (l’équipe ingénierie moléculaire et glycobiologie du côté de l’US2B et l’équipe CORAIL au sein du CEISAM(2)) couvrent à eux deux de nombreuses expertises qu’ils appliquent au domaine des glycosciences : biochimie, biologie moléculaire, enzymologie, biologie synthétique, synthèse organique et chimio-enzymatique, bioconjugaison, modélisation moléculaire… Depuis de nombreuses années, ils entretiennent donc une collaboration suivie, mutualisant leur savoir-faire sur certains projets.

La transversalité entre les équipes est aujourd’hui renforcée par la création de l’offre Enzymologie-Glycochimie, lancée avec CAPACITÉS en janvier 2021. « Nous pouvons à présent proposer une offre complète dans les glycosciences » souligne Sébastien Gouin, DR CNRS et responsable de l’équipe Corail au sein du CEISAM.

Une offre associant ingénieurs et scientifiques des deux laboratoires

Au plan opérationnel, la nouvelle offre est portée par CAPACITÉS, dont le métier est de développer de nouveaux partenariats industriels et de mettre en œuvre des projets d’ingénierie pluridisciplinaires et innovants.

Cette offre d’ingénierie s’appuie sur un nouveau collectif associant deux ingénieurs – Dimitri Alvarez Dorta, docteur en chimie organique et Thomas Bessonnet, docteur ès sciences de la vie et de la santé – à des scientifiques issus des deux laboratoires : Sébastien Gouin et David Deniaud pour le CEISAM, Pierre Weigel et Cyrille Grandjean pour l’US2B. « Nous échangerons très régulièrement pour partager l’avancée des projets dans chaque laboratoire et bien identifier les synergies » explique Sébastien Gouin.

Une proposition complète dans les glycosciences

En matière d’ingénierie enzymatique, les compétences du collectif couvrent la production de protéines recombinantes, l’optimisation des procédés, la caractérisation et la synthèse enzymatique. Parmi les partenariats de référence, on peut notamment citer la biotech DNA Script pour laquelle l’équipe a réalisé le sourcing, la modélisation et le criblage haut débit d’enzymes de synthèse d’ADN.

S’agissant de la glycochimie, les compétences portent sur la fonctionnalisation des sucres et peuvent s’appliquer à la bioconjugaison de protéines, la mise au point d’inhibiteurs, la solubilisation et l’encapsulation de principes actifs. Parmi les sujets de prédilection, citons la synthèse et l’étude d’inhibiteurs de protéines interagissant avec les sucres (lectines et glycosidases) dont l’équipe possède une expertise rare.

En associant des compétences en synthèse, modélisation et caractérisation moléculaire, à une expertise en fonctionnalisation des protéines, cette nouvelle équipe CAPACITÉS est capable de proposer des solutions à très forte valeur ajoutée aux secteurs de la santé, de la cosmétique et de la nutraceutique : secteurs en forte demande d’innovations. Alors que CAPACITÉS commence tout juste à proposer cette offre en glycosciences et glycotechnologies appliquées, l’intérêt des partenaires potentiels semble se confirmer : les premiers projets sont en discussion.

Retrouvez plus d’infos sur notre offre Enzymologie-glycochimie.

(1) UMR CNRS 6286
(2) UMR CRNS 6230

Le Programme d’Investissement d’Avenir finance le développement de la filière microalgues en Guyane

Les Chantiers de l’Atlantique développent depuis plusieurs années une voile rigide. Elle propulsera le navire de croisière Silenseas, le futur plus grand paquebot à voile du monde. En 2019, les experts en génie mécanique de CAPACITÉS avaient instrumenté Solid Sail 2.0, dans le cadre de la seconde phase de test de cette voile du futur. A partir de décembre 2020, ils réaliseront des essais mécaniques sur la prochaine version de Solid Sail.

100% composite, vaste de 1200 m2, une longévité quasi infinie… Solid Sail est gigantesque sur tous les plans. Cette voile rigide de très haute technologie propulsera le paquebot à voile à trois-mâts Silenseas, long de 210 mètres. A terme, cette innovation pourrait être déployée sur d’autres voiliers géants, des vraquiers, des porte-conteneurs et des pétroliers.

Solid Sail 2.0 : instrumentation sur-mesure du mât et de la voile à échelle 1/5

Fin 2019, un démonstrateur à échelle 1/5 avait été installé sur le port de Pornichet, de façon à tester le mât et la voile en conditions extérieures durant plusieurs mois. Les experts CAPACITÉS avaient instrumenté le mât d’une unique fibre optique de 20 m à rétrodiffusion de Rayleigh, à laquelle ils avaient ajouté des patchs de jauges de déformation. En combinant ces deux techniques, ils avaient pu analyser les efforts (torsion, traction et flexion) et la déformation du mât. Enfin, ils avaient également équipé la voile en jauges de contraintes et en capteurs de force conçus sur-mesure afin de mesurer ses sollicitations.

Les données collectées avaient alimenté les outils de simulation numérique, qui avaient permis de valider le design final de la voile Solid Sail 2.0. Le projet est à découvrir plus en détail dans l’article dédié.

Essais mécaniques sur des éprouvettes de dimensions exceptionnelles

En décembre, une nouvelle phase de tests démarre sur la nouvelle génération de voile : Solid Sail 3.0. Nos experts en génie mécanique réaliseront des essais de caractérisation à l’échelle 1 sur des lattes de 2 mètres en carbone renforcé avec une mousse conçue par l’entreprise Multiplast. Ces lattes composent le cadre de la voile. Des essais de flexion quatre points, en statique, permettront de déterminer la résistance à la rupture ainsi que le module de flexion.

Pour ce faire, nos ingénieurs développeront un banc d’essais spécifique, équipé de capteurs de force et de déplacement. Ils utiliseront un système de corrélation d’images numérique pour mesurer les champs de déplacements et de déformations.

Cette nouvelle campagne d’essais sera conduite sur le site nazairien du laboratoire GeM, qui dispose d’une halle d’essais en capacité d’accueillir des éprouvettes d’une très grande dimension.

Le Programme d’Investissement d’Avenir finance le développement de la filière microalgues en Guyane

Dans le cadre du projet MELiSSA (Micro-Ecological Life Support Alternative), l’Agence Spatiale Européenne (ESA) a retenu QinetiQ, associé à CAPACITÉS, pour démontrer l’efficacité d’un procédé de culture et de récolte de spiruline en condition zéro gravité. Cette microalgue a le pouvoir de recycler les effluents de la station spatiale, en se nourrissant du carbone et de l’azote, pour produire de la nourriture à fort potentiel nutritionnel. 

L’ambition : créer une station spatiale autonome

Lancé en 1989, le projet MELiSSA ambitionne de transformer un vaisseau spatial en écosystème fermé, en recyclant le dioxyde de carbone et les déchets organiques pour les transformer en nourriture, en oxygène et en eau. En effet, approvisionner la station spatiale internationale ISS en oxygène, eau et aliments coûte déjà très cher et requiert beaucoup de temps. Des missions spatiales de plus longue durée vers la Lune ou Mars nécessiteraient 30 tonnes d’approvisionnement. D’où la nécessité de mettre au point un système de bio-régénération.

Monter en échelle un procédé de culture mis au point en 2017

La collaboration entre la SARA et le GEPEA n’est pas nouvelle. Leur premier projet commun remonte à 2017. CAPACITÉS et AlgoSource y avaient déjà participé en tant que sous-traitants.

Les ingénieurs CAPACITÉS avaient prélevé une dizaine de souches d’algues dans leur milieu naturel. Ils avaient ensuite réalisé un criblage en phase de croissance en photobioréacteur, sur la plateforme de R&D AlgoSolis. Trois souches étaient apparues comme particulièrement prometteuses pour la production de biocarburant.

Grâce aux financements du PIA, la SARA peut lancer la montée en échelle de la culture des deux souches de microalgues finalement retenues. Elle a renouvelé sa confiance dans le GEPEA, qui s’associe de nouveau à CAPACITÉS et AlgoSource pour mener à bien le projet.

Ce projet d’envergure concrétise pour le laboratoire GEPEA plusieurs années de recherche et de collaboration avec CAPACITÉS sur l’utilisation de microalgues en écologie industrielle, la culture solaire à grande échelle et les biocarburants de troisième génération.

Le Programme d’Investissement d’Avenir finance le développement de la filière microalgues en Guyane

40 000 km, 70 à 75 jours de course, parfois 24 ou 48h sans dormir, une cadence effrénée… C’est ce qui attend Armel Tripon sur le Vendée Globe 2020. Ces conditions physiques extrêmes peuvent altérer la lucidité du skipper nantais. Pour rester performant et en sécurité tout au long de la course, il a demandé au laboratoire MIP (Motricité Interaction Performance) de l’Université de Nantes et à CAPACITÉS de concevoir une application pour tracker les phénomènes hallucinatoires : LuciEole.

LuciEole, une application mobile pour prévenir les troubles hallucinatoires

Sur une course de voile en solitaire telle que le Vendée Globe, la gestion du sommeil est cruciale. Une fatigue extrême peut générer une perte de lucidité, voire des troubles hallucinatoires. Or, conserver un esprit clair et vif, capable de prendre de bonnes décisions, est primordial pour assurer la performance et la sécurité du skipper.

Pour prévenir ces moments de vulnérabilité, les équipes spécialisées en data science de CAPACITÉS et celles du laboratoire MIP (Motricité Interaction Performance) de l’Université de Nantes, soutenus par l’association Neptune, ont développé un outil d’aide à la performance : l’application LuciEole. Celle-ci pose au skipper une série d’une dizaine de questions sur son niveau de fatigue physique et mental. Il s’autoévalue, en répondant via un système de notation de 0 à 10. L’application traite les informations et analyse la dynamique d’évolution de ses indicateurs au fil des jours. Elle lui transmet ensuite le résultat de ses observations. Il sera ainsi alerté sur son état de lucidité. Il pourra comparer ses indicateurs de lucidité de jour en jour et les corréler a posteriori aux événements survenus en mer les jours précédents.

Une version bêta de l’application a été testée sur la transatlantique Vendée-Arctique-Les Sables en juillet, sorte de « répétition » quatre mois avant le Vendée Globe, qui partira le 8 novembre 2020. Grâce à cette course, l’application a été enrichie de données en situation réelle de navigation. Celles-ci ont permis de finaliser le développement des algorithmes qui délivreront à Armel des indicateurs aussi précis que possible sur le Vendée Globe.

 

Photo : Armel Tripon entouré de Francky Trichet (adjoint au maire et vice-président de l’Université) et d’Arnaud Guével (vice-président de l’Université de Nantes) © Ouest France

De la voile à l’industrie : quelles applications futures pour cette innovation ?

Le Vendée Globe n’a pas encore commencé mais les ingénieurs en data science CAPACITÉS et les chercheurs de l’Université de Nantes émettent déjà différentes propositions d’évolution de l’application, afin de booster cette innovation et d’aller plus loin dans la mesure et l’analyse. Ils envisagent par exemple de corréler les réponses au questionnaire à des données factuelles recueillies par des capteurs électrophysiologiques.

Ce type d’interface homme machine, couplé aux nouvelles technologies telles que la réalité augmentée ou les casques neuronaux, pourrait servir dans d’autres domaines d’application tels que l’industrie ou la santé. Ces interfaces permettent de prendre en compte la perception et le ressenti des individus dans l’exercice de leur métier, particulièrement en situation stressante. De nouvelles innovations à venir donc.

D’ici là, bon vent à Armel Tripon ! Les équipes CAPACITÉS sont fières d’avoir participé à ce projet

Photo : © Pierre Bouras / L’Occitane en Provence

Le Programme d’Investissement d’Avenir finance le développement de la filière microalgues en Guyane

Le Centre de production de vecteurs – CPV du laboratoire de thérapie génique de Nantes a été labellisé par le Grand Défi « Biomédicaments » lancé par l’Etat. Au côté de 5 autres plateformes technologiques nationales, le CPV devient intégrateur industriel du Grand Défi « Biomédicaments ».

L’enjeu de ces intégrateurs : participer à des consortiums de pointe pour améliorer les rendements et maîtriser les coûts de production de nouvelles molécules biologiques.

Le label « Intégrateur industriel », qu’est-ce que c’est ?

L’Etat a lancé au printemps 2019 le Grand Défi « Biomédicaments : améliorer les rendements et maîtriser les coûts de production ». Suite à un appel à manifestation opéré en Juin 2020 par le Sécrétariat Général pour l’Investissement, six plateformes technologiques ont été sélectionnées pour devenir les intégrateurs industriels du Grand Défi, dont le CPV de Nantes pour les produits de thérapie génique à travers la bioproduction de vecteurs viraux.

Le Grand Défi Bioproduction vise à encourager la production de médicaments de thérapies innovantes, tout en améliorant les rendements et en maîtrisant les coûts de production, afin de répondre aux enjeux de l’industrie pharmaceutique et ainsi permettre l’accès des patients à ces nouveaux traitements porteurs d’espoir.

La plateforme CPV : production et caractérisation des vecteurs viraux

Créé en 1997, le centre de production de vecteurs – CPV du laboratoire de thérapie génique de Nantes UMR1089 développe des procédés de production et de caractérisation de vecteurs viraux de transfert de gènes dérivés des adénovirus et des AAV (virus adéno-associés). Ceux-ci sont destinés à des applications allant de la recherche fondamentale aux stades translationnels.

Le CPV, partenaire de CAPACITÉS

Les équipes du CPV et de CAPACITÉS collaborent sur des projets de production et caractérisation de vecteurs viraux. Ensemble, elles développent des tests analytiques à façon afin de mieux caractériser les médicaments de thérapie génique de demain. Découvrez nos projets communs en thérapie génique ci-dessous.

Pour toute question sur un partenariat avec le CPV de Nantes, intégrateur industriel du Grand Défi « Biomédicaments », contactez Oumeya Adjali et Emilie Audran.

Ce que nous faisons

CAPACITÉS développe une enzyme pour…

Nos experts en ingénierie enzymatique ont accompagné la biotech DNA Script pour faire évoluer une enzyme de synthèse d’ADN.

Découvrir

Les enzymes au cœur de…

L’acide hyaluronique est très présent dans la thérapie cellulaire. Comment désacétyler ce polymère pour obtenir des résultats encore plus performants ?

Découvrir
Footer

Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer